Chronologie

Cette section permet de suivre l’historique de la théorie du gender et de ses implications, depuis ses lointaines origines jusqu’à la date d’aujourd’hui.

Cette page est mise à jour régulièrement en fonction des événements importants liés à la théorie du gender.

En 1798, Malthus, pasteur anglican, publie un essai qui fera date « Essai sur le principe de population« . Selon lui, l’abstinence sexuel et le mariage tardif sont les solutions afin d’éviter a famine dans le monde…(limitation de la population).

vers 1900, Margaret Sanger, militante américaine, reprend ce concept et propose l’utilisation de contraceptifs (contrôle des naissances).

En 1927, à Genève (Suisse), première conférence sur la population organisée par Margaret Sanger (recommandation de la contraception et de la stérilisation). A noter qu’elle recevra à son domicile en septembre 1930, le conseiller d’Adolf Hitler en matière raciale.

En 1948, à Cheltenham (Angleterre), nouvelle conférence où les grandes orientations relatives aux contrôles des naissances sont définies (idée du lancement du planning familiale créé en 1952).

En 1954, à Rome (Italie), préconisation d’un contraceptif accessible à tous et bon marché.

En 1956, (24 février), naissance de Judith Butler [1] qui deviendra philosophe féministe américaine, professeur de rhétorique et de littérature à Berkeley. Elle théorise la performativité du genre à partir du triple héritage de la théorie austinienne des actes de langage, du féminisme français et de la déconstruction de la French Theory.

En 1968, à la conférence sur les droits de l’homme à Téhéran, la planification familiale est présentée comme un droit de l’homme.

En 1969, à New-York, promulgation de la légalisation de l’avortement et l’homosexualité.

En 1975, à Mexico, première conférence mondiale pour les droits des femmes.

En 1990, parution du livre de Judith Butler, de Gender Trouble, qui marque un tournant important, se vendant à plus de 100 000 exemplaires et dans plusieurs langues à travers le monde. Publié en français en 2005 (sous le titre Trouble dans le genre), cet ouvrage critique les travaux de Simone de Beauvoir, Julia Kristeva, Sigmund Freud, Jacques Lacan, Luce Irigaray, Jacques Derrida, et, surtout, de Michel Foucault.

En 1993, la Norvège reconnait les couples homosexuels en leur permettant les unions civiles. Le mariage homosexuel est ensuite devenu légal en janvier 2009.

En 1995, le mot « gender » apparaît pour la première fois dans un texte officiel à l’occasion du sommet de Pékin, sous l’égide de l’ONU. Ce programme d’action de Pékin et la priorité au gender mainstreaming (intégration transversale de l’égalité femmes-hommes dans toutes les politiques) font de 1995 une date clé.

En 2000, une directive de l’Union Européenne reconnaît « l’orientation sexuelle » comme critère de discrimination.

En 2000, forum mondial sur l’éducation à Dakar. La théorie du « genre » n’y est pas citée.

En 2001, (avril), légalisation du mariage gay au Pays-bas (le premier pays qui légalise)

En 2002, le Sommet mondial du développement durable de Johannesburg, a réaffirmé les engagements antérieurs et demandé l’information « sexospécifique » et l’élaboration par les Etats d’indicateurs d’égalité femmes-hommes.

En 2003, (janvier), la Belgique légalise le mariage gay.

En 2005, publication de la traduction française du livre de Judith Butler, « Trouble dans le genre« .

En 2005, légalisation du mariage gay et de l’adoption en Espagne (non sans manifestations). 3500 mariages gays en moyenne à partir de 2008. En 2005, l’Église catholique espagnole et le Parti populaire avaient déposé un recours au tribunal constitutionnel espagnol qui fut rejeté le 6 novembre 2012, 7 ans après.

En 2009, un rapport parlementaire européen introduit également l’idée de discriminations fondées sur « l’identité de genre »

En 2010, (juillet), officialisation de l’ONU-Femmes.

En 2010, l’Institut d’études politiques (IEP) décide d’enseigner la théorie du genre à ses élèves.

En 2011, Inscrite officiellement dans les nouveaux programmes de SVT de Première (S, L et ES), la doctrine du gender fait désormais partie de l’enseignement obligatoire des lycées français.

En 2012, sommet de RIO+20, le groupe de contact français « Genre et développement soutenable »  aborde la question du genre comme une des solutions au développement durable. Néanmoins, le genre n’est pas cité explicitement dans la déclaration finale.

En 2013, (mars 2013), un amendement est adopté en commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale incluant l’enseignement du gender dans le programme des écoles élémentaires en France.

En 2013, (23 avril), le projet de loi sur le mariage entre personne de même sexe est voté en France qui devient le 14eme pays à le légaliser (seize pays autorisent les couples de même sexe à se marier, dont trois sur une partie de leur territoire seulement). La principale pierre d’achoppement du vote tournait autour de la notion de droit à l’enfant et de droits de l’enfant. Les derniers sondages (sondage IFOP pour Pèlerin) donnaient 54% des personnes interrogées contre l’adoption par des couples de même sexe. De plus, 61 % des maires demandaient la suspension du projet de loi “mariage pour tous”.

En 2103, (17 mai), le Conseil Constitutionnel français valide dans sa totalité et sans réserve, la loi sur le mariage pour tous.

En 2013, (22 mai), Les députés britanniques ont voté en faveur du projet de loi autorisant le mariage homosexuel, après une bataille parlementaire difficile et rude.

../..

Vous pouvez approfondir la chronologie et l’historique du gender en cliquant sur l’article assez complet de l’AFCP ICI.

[1] Source : Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Judith_Butler